Mon point de vue sur la transat





Bulle d’O et son allure

Nous avons traversé l’Atlantique en partant de l’île de Santiago au Cap Vert le Samedi 12 Janvier. Nous sommes arrivés à La Barbade le Vendredi 25 Janvier.

Nous avons navigué pendant les 3 premiers jours avec la GV pleine et le génois quand le vent mollissait. On avançait très vite mais, suite à deux empannages sauvages, nous avons préféré naviguer avec le Génois + le Gennaker en ciseau quand il n’y avait pas trop de vent. Mais comme le vent fraîchissait systématiquement la nuit, nous emmagasinions (enroulions) le Gennaker en fin d’après midi. Bulle d’O filait la journée entre 7 et 9 nœuds mais perdait 2 nœuds la nuit, sous génois seul.

Emmagasiner le Gennaker chaque soir était une manœuvre difficile, vu qu’il y avait beaucoup de vent. Si on le gardait un peu bordé et qu’on le choquait au fur et à mesure, il s’enroulait mal et faisait à la fin des poches d’air. Si on le choquait entièrement, il s’enroulait très bien en bas mais pas du tout en haut ce qui faisait des nœuds à la fin.
Le 7ème jour, nous affalons donc le Gennaker et hissons la GV. Nous naviguons alors avec la GV (1 ris) + le génois en ciseaux.

C’était en fait l’allure que nous avions choisie pour descendre de Gibraltar jusqu’au Sénégal. La navigation est devenue à partir de ce moment là beaucoup plus confortable et on sentait Bulle d’O stable, rapide (Vitesse moyenne de 8 nœuds)…bref, tout allait bien. On a gardé cette allure jusqu'à la fin, avec une prise du 2eme ris le neuvième jour en prévision de la nuit qui s’annonçait difficile. On a en effet eu jusqu’à 45 nœuds de vent : dans ces moments là, on enroule le génois et on navigue avec la GV seule (2 ris).

Une fois arrivés au mouillage, quand le vent ne soufflait plus, nous avons hissé le Gennaker pour enlever les nœuds et le ré-emmagasiner parfaitement.

Bulle d’O s’est vraiment bien comporté pendant la transat : il a super bien avancé, n’a pas cassé… sauf la poulie de la bosse de riz n°2 (nous avons un système de ris automatique) qui a explosé le 12ème jour alors qu’elle était toute neuve ! Mais nous l’avons remplacée par une poulie ouvrante qu’on avait en rabe…sans problèmes. Bravo Captain ! Finalement, l’allure qui aura convenu le mieux à Bulle d’O pendant la transat est GV arisée + Génois (en fonction du vent).

Bulle d'O en début de transat (GV pleine + Génois)

 


Le captaine, son équipage et la vie à bord

Nous avions un équipier pendant la transat : Emmanuel alias "Haricot Vert" (surnom donné par nous les enfants à Emmanuel car il est grand et fin comme un haricot vert !).

La grande croisière était une première pour lui et je trouve qu’il s’est super bien débrouillé ! Bien qu’il n’avait fait qu’une petite nav sur Bulle d’O avant la transat, il s’est très vite amariné et c’était super.
Généralement, les manœuvres étaient faites par Papa, H.Vert, Maman si besoin, et moi. Finalement, nous avons fait pas mal de manœuvres pendant la transat : affaler/hisser la GV,  prendre des ris, emmagasiner/dérouler le Gennaker, enrouler/dérouler le génois, empanner… Je ne pensais pas qu’on en ferait autant car beaucoup de personnes nous disaient le contraire !

Point de vue vie à bord, cela s’est très bien passé. On a vécu beaucoup de bons moments et j’ai trouvé ça super d’avoir H.Vert pour les quarts, l’aide pendant les manœuvres et les moments passés avec lui qui étaient supers ! J’étais aussi content de retrouver Taugl à plusieurs reprises : c’est cool d’être avec des amis en plein milieu de l’océan ! Pendant plusieurs jours de la transat, nous avons peu (ou pas) travaillé car ça bougeait beaucoup.

L'équipe de pêche au complet, avec H Vert au milieu

La pêche et son équipe

Dernière coryphène pêchée:
90 cm

   Nous avons eu l’occasion de beaucoup pêcher pendant la transat. Au début, nous ne    mettions qu’une ligne car la 2ème qui était toute neuve était emmêlée ! Le 2ème jour au matin,    après avoir défait tous les nœuds, Maxime et moi installons la nouvelle ligne sur notre canne qui    est toute neuve, elle aussi.
   Et quelques heures après : ZzzzzZZzzzzzzzzzzzzzzzZzzzzZzzzz…!

    La canne a sonné, nous sortons de l’eau une belle bonite à ventre rayé de 80 cm, 4KG environ et     bien bien dodue ! Nous attendons un jour pour cuisiner les darnes que Papa avait découpées.
    Nous avons eu le plaisir d’en manger pendant 3 jours même si à la fin, l’équipage en avait un     peu marre de la Bonite à tous les repas!

    Pendant ce temps, nous avons retiré les lignes et ne les remettrons que le 7ème jour au matin.
    Peu de temps après la réinstallation des lignes, une coryphène mord mais réussit à s’échapper     en quelques petites minutes…quelle déception ! Et un, puis deux autres poissons nous refont le     même coup ! Cela fera 3 poissons loupés en moins d’une journée.

    Tout de même, en début de soirée, nous attrapons un joli Wahoo de 80 cm et, quelques secondes     après, c’est au tour d’une superbe coryphène d’1m10 d’atterrir sur le pont. Remontée difficile     mais quelle joie après ces 3 poissons manqués ! On les admire une dernière fois, Papa les découpe     en filets et on est triste de les voir partir à la mer mais content de manger du bon poisson ce soir ! Le     douzième et dernier jour de transat, nous attrapons une coryphène de 90 cm : papa la découpe en     filets et nous la mangeons en un repas : que c’est bon !


    Nous avions remis les lignes dès la fin du combat avec la dernière coryphène pour avoir du     poisson à La Barbade mais il ne restait plus beaucoup de temps et nous n’avons plus rien pêché.     Lorsqu’il y avait 40 nœuds de vent, nous n’avons pas pu mettre les lignes car il y avait trop de vent     et que ça bougeait beaucoup.

Coryphène d'1m10



Point de vue cuisson du poisson, nous avons essayé pour la première fois de faire du poisson à la tahitienne, c'est-à-dire cuit au citron avec huile d’olive, sel et poivre. J’ai trouvé ça très bon. Nous avons cuit les coryphènes et le wahoo à la poêle.
La bonite a été, elle, seulement cuite à la poêle avec du gros sel.

Bonite à ventre rayé de 80 cm


Résultats de l’équipe de pêche durant la transat :

- 1 bonite à ventre rayé
- 1 wahoo
- 2 coryphènes
- plusieurs poissons manqués
- plusieurs bas de lignes arrachés
- une ligne emmêlée, puis démêlée

Sébastien