Transat retour: Saint-Martin, Les Açores

Ah la la! Qu'est ce qu'on est bien en transat!


Dimanche 8 juin

Départ ce matin : 08h30. Nous enlevons l’ancre de son poste habituel en la rangeant dans la baille de mouillage pour alléger le poids à l’avant, nous hissons la grand voile, et c’est parti. 15 à 20 jours de mer nous attendent. La première journée se passe sans encombre, il n’y a pas beaucoup de vent, et nous avançons tranquillement, dans les 5 nds. Nous décidons de faire des pronostics pour l’euro 2008, le gagnant aura : un livre offert par maman, un repas au choix cuisiné par moi-même, un récital de guitare joué par Sébastien, une glace payée par Maxime, une sortie sur Nosens, le bateau de Jacques, organisée par celui-ci, et 10 € mis dans la cagnotte par Papa. Pour l’instant, Seb est en tête. Mais je vais le rattraper, je vais gagner ! L’après-midi, une poulie tombe du mat, et Papa doit y monter pour la remettre : en pleine mer ! Après beaucoup d’efforts, il réussit à la re poser, et descend de son perchoir tout vert… Chapeau. Moi qui ne suis pas toujours à l’aise en nav, je me demande comment ça devait être… ! Les quarts de nuits sont redéfinis : Max et moi : de 20h à 22h, Jacques : de 22h à 01h, Papa : de 01h à 04h, Maman : de 04h à 07h avec Seb qui la rejoint à partir de 05h. Pas de problème pour la nuit. Pendant notre quart, Max et moi avons juste aperçu un cargo ! Rien d’autre.

Lundi

Nous sommes dans la pétole (pas de vent), et nous en avons profité en arrêtant le bateau: tout le monde à l’eau avec 7300 mètres de fond!  Ça fait un peu peur quand même… ! Surtout que nous venons d’avoir des nouvelles d’Eagle, qui ont été entourés par 12 cachalots… On aimerait bien voir ça nous aussi, mais pas quand on se baigne ! Mais c’est super de se faire traîner en plein Atlantique ! Cet après midi, un grain nous fonce dessus et deverse sa pluie sur nous. Du coup, l’équipage au complet, pour son bonheur, se remet en maillot, et nous prenons notre douche sur le pont avec la pluie ! Eh oui, il faut économiser l’eau ! Jacques et Maxime se sont trouvés leurs petites douches personnelles : l’eau qui s’écoule du bimini ! Papa et moi chantons, Jacques et Maxime sont fous de joie, Seb se balade en caleçon, et Maman en profite pour se déssaler. Pendant que j’écris, nous sommes au moteur, et avançons dans les 4 nds… Cela fait 8km/h… On n’est pas près d’arriver, c’est grand l’Atlantique !

Jacques s'habitue très vite à toutes les activités: barrer, pêcher, se doucher dehors, et même se faire piquer par une méduse! ^^

Mardi

Nous sommes toujours dans la pétole, il y a juste eu 2 grains qui nous ont un peu fait avancer. Les SMS iridium arrivent à la vitesse grand V : ça fait plaisir ! Merci Anne, Manou, Franck (qui nous donne chaque jour les résultats de l’euro), Laurine, Odile…etc. Papa a installé de nouveaux concours : un de cuisine, et un de « ho hisse ! », un jeu de société. De plus, il a appris à Jacques à jouer à la belotte comptoir, Yoda (nouveau surnom de Jacques) s’accroche mais n’arrive pas à battre le sens du jeu de Papa… ! En tout cas, ils nous font bien rire ! Au milieu de l’après-midi, nous nous re baignons, avec, cette fois ci, 5500 mètres de fond… Génial ! Maintenant, nous avançons au moteur, tout douceme

Et voilà ! Ça fait une semaine qu’on est en mer ! On est à environ J – 10 aujourd’hui. 
Nous avons touché du vent aujourd’hui (dimanche) et filons à 8 nds. Terminé la pétole… C’est vrai que ça bougeait beaucoup moins… Mais au moins on va vite.
Hier, nous avons eu une grosse surprise côté pêche : un gros marlin blanc a mordu ! Il a fait une dizaine de sauts derrière le bateau avant de couper l’hameçon. On n’aurait pas pu le ramener de toutes façons… Mais on a eu un beau spectacle. Et ce soir, pendant l’apérot, nous avons eu le droit au bruit de la canne à pêche : un wahoo a mordu ! Et une coryphène sur l’autre ligne ! Eh ben, on est gâté! Nous réussissons à ramener le wahoo, mais la coryphène lâche. Ça n’est pas grave, on a déjà bien à manger ! Demain : Sashimi, poisson cru à la tahitienne, et filet revenus à l’huile d’olive. Ça promet d’être bon !

Ces derniers jours, il n’y a rien eu de spécial. Nous restons en contact avec Eagle et Harem grâce au téléphone satellite. Les concours continuent : pour le foot, Seb est en tête, pour le « ho ! hisse ! », Papa m’a battu 3-0, ainsi que Seb 3-2, pour la cuisine, je suis en tête avec 19,25 de moyenne. C’est très sympa et cela pimente notre transat.
Nous n’avons toujours pas vus de baleines. Des dauphins sont venus une fois saluer maman et Sebastien mais c’est tout pour les animaux marins.Deux mouettes rigolotes nous suivent depuis le début de la transat. Lorsque nous nous baignons, nous pouvons nous approcher vraiment très près. Ce sont nos ptits compagnons de route !
Aujourd’hui, nous avons fait une partie de whist endiablée, plutôt sympathique ! Les cartes occupent beaucoup, surtout les deux joueurs de belotte comptoir : Papa et Yoda. Les parties qu’ils se font… !
Ah oui ! NOUS AVONS VU LE FAMEUX RAYON VERT !! Eh oui ! Il existe, faut pas croire ! Il apparaît très rarement à la surface de la mer quand le soleil se couche. Magnifique…

Les copines d'Hervé la mouette...! =D , et une copine de Jacques!

Lundi 16 juin, 22h15

Je suis en train de faire mon quart avec Maxime. J’aime vraiment ces moments de calme, en tête à tête avec les éléments : la lune éclaire l’horizon, les étoiles sont par milliers, et la mer est calme. L’étoile qui se lève la dernière est apparue il y a quelques minutes. Pour Max et moi, c’est « notre petite étoile » !
Nous sommes au moteur, avançons à 4nds, et avons des consignes simples : si le vent est à 10 nds établi, s’il y a un grain, et si nous voyons des lumières, nous devons réveiller Papa. D’ailleurs, juste après manger (daube de wahoo, riz, tarte aux pommes, miam !), nous avons croisé un cargo qui se dirigeait probablement vers les petites Antilles.
Mon iPod est bien utile contre la fatigue. Nous sommes sensés passer la veille à Jacques dans un quart d’heure, mais nous avons décidés de laisser un peu plus dormir les adultes, qui ont les quarts les plus durs.
Il fait de plus en plus frais maintenant : la France se rapproche ! Je suis en gilet – pantacourt, alors qu’avant un simple débardeur et un pantacourt suffisaient.
Aujourd’hui, nous avons croisé des dauphins, mais pas longtemps. Ils sont vite repartis… On n’allait pas assez vite pour qu’ils puissent jouer avec l’étrave…
Yoda a récupéré son titre de Maître Yoda suite à une partie de whist gagnée de loin, alors qu’hier il avait terminé bon dernier. La force est avec lui… ! Super sympa ces après-midi de cartes !

Mardi 17 Juin

Encore et encore dans la pétole… 8 nds de vent au maximum… On n’est pas près d’arriver… Aujourd’hui, douche pour tout le monde : on rempli les seaux, et on les verse sur tout le monde ! Yaaah ! Après une bonne partie de rigolade, on se rince à l’eau douce, on se sèche, et on reprend nos activités. Papa et Seb s’appliquent à refaire les tapons du teck (morceaux de teck mis sur les vis pour faire plus joli), pendant que Yoda et moi préparons une pizza, que Maman lit « le chercheur d’or », et que Maxime relit « Harry Potter 7 ».
« Ça y est, la pizza est finie, on fait une partie de « ho ! hisse ! » ? » Et voilà comment termine l’après midi : les jeux ! Plutôt sympa a vrai dire !
Oh non… La France est éliminée de l’euro… Et moi qui l’avais fait gagner en final contre le Portugal… Et les pronostics alors … ?!

Jacques, super chanteur (surtout en image!), mais aussi très bon arroseur d'eau gelée!


Mercredi 18 juin

Ce matin, Seb et moi nous occupons à instruire Jacques : comment faire des pommes de toulines et des bonnets de turcs. Les pommes de toulines sont des sortes de « boules chics » en bouts qui servent à faire du poids au bout d’une amarre pour la lancer plus facilement. Les bonnets de turcs sont des bracelets en bout, qui servent soit à les porter, soit à indiquer le milieu de la barre du bateau ou autre.
J’aime beaucoup le fait d’avoir une mer calme et peu de vent. On profite à fond. Jeux de cartes, apérot, dîners élaborés, pommes de toulines, bracelets, lecture, tout y est. De plus, Jacques nous a amené pas mal de livres : nous avions presque tout lu. Ayant fini les livres d’ « enfant », je suis passée aux livres d’ « adultes ». En ce moment, je lis « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » de Lee Harper (merci les Ducuing !). Beau roman de vie d’une petite fille vers le début du XIXe siècle dans une ville au sud est des USA. 
Depuis plusieurs jours, nous avons remarqué des sortes de poissons roses qui flottent à la surface. On voit une bulle avec une sorte de nageoire bizarre. On ne sait pas ce que c’est. Jacques et moi pensons que c’est un animal marin, et les autres pensent que ce sont des sondes pour les courants. On va essayer d’en attraper avec l’épuisette…
On avance tran-qui-lle-ment vers les Açores…

Jeudi 19 Juin

La mer et le vent sont toujours aussi calmes. Nous avançons dans les 3nds (près de 6 km/h…).
Pendant que je m’applique à décorer un cadre en carton avec du décopatch, Seb fait des pommes de toulines, et Maxime cherche des solutions pour faire un fermoir à son collier de coquillage. Nous voulons remercier Chantal, la femme de Jacques, qui se retrouve seule pendant que Yoda traverse avec nous.
Les SMS iridium arrivent en masse : résultats de matchs de l’euro (que nous attendons chaque jour avec impatience), encouragements, félicitations pour les poissons, les gagnants de jeu de cartes etc., météo, nouvelles d’autres bateaux (Jean Yves et Bernadette de Tigresse (que nous avons rencontrés à Gibraltar) sont en train de convoyer le bateau de Jean Marie et Pierrette de Carré d’As V (que nous avons rencontrés aux Testigos) ! Le monde est petit…), commentaires du journal de bord de Papa etc. Tout le monde nous suit et cela nous fait vraiment plaisir.

Ça y est ! On a attrapé les poissons roses ! En fait, ce sont des méduses, des Physalies, qui sont les plus dangereuses. Jacques, en remontant l’épuisette, s’est fait piqué. Apparemment, c’est vraiment douloureux. Nous avons mis de la farine pour enlever les microbes et au bout de quelques temps, il n’avait plus mal. Beurk, ces Physalie sont vraiment bizarres…
Je tiens à remercier ma cousinette Laurine, qui met en ligne sur mon blog mon journal de bord

C'e
Qu'est ce qu'on est mieux quand ça ne bouge pas...!



Vendredi 20 Juin

Normalement, d’après notre routeur Bernard, on devrait toucher du vent ce soir. Yes ! Pour l’instant, 10 nds maximum sont présents, et on se traîne à 3 nds. Nous avons déjà bien entamé notre réservoir de diesel, et il nous faut garder un minimum en cas de pépin, donc : pas de moteur. La combinaison génois gennaker marche bien, on continue comme ça jusqu’au 35°N.
Il faudrait qu’on aille plus vite : Jacques a son avion samedi… Grâce à Max Sea, on a calculé qu’avec 6.5 nds de moyenne, on arriverait la veille au soir. Ça va être chaud…
Etant 6 à jouer aux cartes, de nouveaux jeux sont appris : Dame de Pique, belotte comptoir, kahuna, scopa…etc. Bien évidemment, Papa et Yoda sont les plus joueurs… !
Pour le moment, cette transat me plaît plus que la première. Avec ces conditions plus cool, on peut en profiter beaucoup plus : je ne me sens pas constamment nauséeuse, les quarts sont plus tranquilles, je peux cuisiner, on peux jouer aux cartes tous ensemble etc. Je me sens bien avec toute cette mer autour de notre petit bateau, tous ces nuages qui défilent vers d’autres horizons, tous ces couchers de soleil aux couleurs sublimes, toutes ces étoiles qui brillent juste pour nous, toutes ces mouettes qui nous suivent depuis le début et tout ces animaux que l’on sait en dessous de nous. Cela fait 13 jours qu’on est en mer. Le temps que nous avons mis pour faire Cap Vert – Barbade. Mais je ne ressens pas ces 13 jours, ils sont passés beaucoup plus vite qu’à l’aller. Je ne suis pas pressée d’arriver aux Açores, on a encore le temps.

Des couleurs et ciels magiques...

Samedi 21 Juin

Ça y est ! On a touché du vent ! 15 nds réels, et on avance à 5-6 nds soit génois gennaker. En revanche, il ne fait pas beau. Nous n’avons pas vu un seul rayon de soleil aujourd’hui. Des grains que nous n’avons pas pu éviter nous sont tombés dessus. Mais bon, on a du vent, c’est le principal.
Ça y est, Eagle est à Flores, ainsi que Harem. On arrive ! Plus que 800 milles ! (1600 km environ)
Comme ça ne bouge vraiment pas beaucoup, je peux cuisiner : lasagnes (bolognaises ou aubergines), fondants au chocolat, gratins de pâtes, gâteau au yaourt, tartes aux pommes… Super ! J’adore cuisiner, sûrement parce que j’adore aussi manger mes plats… ! Papa est aussi un vrai chef, ainsi que Maman quand elle en a envie. Eh oui, trop de repas faits sous la contraintes à Buc coupent le plaisir de la cuisine !  Avant de partir, nous avons fait un approvisionnement monstre à St Martin : conserves, viandes, apérots, boissons, fromages, fruits, légumes, desserts, pâtes, riz, semoule, pollent, beurre (en boîte et frai) … Maintenant, il ne nous reste plus grand-chose, ils croquent les Bubulles ! Les fruits sont assez exotiques : mangues, bananes, oranges, pamplemousses, pommes (pour les tartes)…, mais commencent à se faire rares. Les légumes, eux, sont plutôt du genre courgettes, aubergines, tomates, concombres, oignons (ils sont bien nombreux), poivrons, choux… Pareil, il n’en reste plus beaucoup. Sauf des choux et des oignons, qui se gardent longtemps.
Avant de partir, Papa avait cuisiné plein de plats, qu’il a mis en conserve. Veau maringot, bœuf  bourguignon, ratatouille, bolognaise… Il y en a pour tous les goûts, et c’est vraiment délicieux ! Bien joué Papa !

Dimanche 22 Juin

Je suis en train de faire mon quart avec Maxou, j’en profite pour marquer un petit mot. Tout se passe sans encombres, il y a 8.8 nds de vent apparent, le gisement est de 146°, et nous avançons dans les 4.5 nds. La lune n’est pas encore levée, on ne la verra sûrement pas, elle ne se lève qu’à 22h30. Les étoiles ne sont pas au rendez vous, il y a trop de nuages d’altitude, on ne voit pas le ciel. La mer est calme, Max écoute « les Enfoirés » dehors, je vais bientôt aller le rejoindre. C’est très humide, nous avons mis une serviette sur le siège de barre… Je suis en gilet, les nuits sont plus fraîches. Il est 22h00.
Comme nous avons 4h de décalages horaire entre St Martin, et les Açores, Seb et Maman changent presque (la traversée était censée durer 16 jours, mais on va mettre plus de temps) tous les matins l’heure d’un quart d’heure. Autant le faire en douceur.
Ce soir, je change de quart avec Seb. Je me lèverais donc à 05h00. N’ayant que 4 cabines, Maxime dort avec moi depuis le début de la transat, mais ce soir, il va chez Seb ! Tranquille ! J’aurais toute la place ! Par contre, le réveil risque d’être un peu plus difficile…

Des quarts de nuit toujours bien organisés, et faits avec bonne humeur et joie.

Mardi 24 Juin

Les jours passent, mais nous n’avons plus de vent. Nous avons finalement décidé d’aller à Flores, qui est à 100 milles de moins que Horta, pour que Jacques puisse prendre son avion, qu’il va décaler à dimanche. Il prendra donc une liaison inter îles : Flores-Horta, puis un vol Horta-Lisbonne-Paris. On espère qu’il ne les rate pas…
Mon quart du matin était dur… Je n’arrivais pas à m’endormir le soir, ayant pris le rythme de dormir à 23h, et je suis donc fatiguée… Une bonne sieste me remet d’aplomb, ainsi que Maman, et c’est parti pour une partie de tarot !
Papa a fait un classement général de tous les jeux : whist, dame de pique, tarot … Les cartes sont au rendez vous ! Les adultes nous mettent la pâtée pour le moment…
Plus que 500 milles. On arrive dans à peu près 4 jours.


Des activités marantes, comme pas marantes...! Mamounette fait le pain et les yaourts, Pap' monte au mat, mais ils n'oublient pas de buller

Mercredi 25 Juin

Aujourd’hui, nous avons croisé la route de deux cachalots. Ces monstres marins peuvent mesurer jusqu’à 20 mètres. Ils sont généralement seuls ou en petit groupe. Ils sont gris bruns sombre sur tout le corps, ont une énorme tête arrondie, une petite bosse dorsale sur l’arrière, ronde ou triangulaire, ainsi qu’une vaste queue qui se dresse en l’air avant un plongeon en profondeur. Pour se nourrir, il peut plonger pendant 40min à 1h jusqu’à 3000 mètres, avec un temps de récupération en surface de 7 à 15 min. Au fond, ils vont chercher les calamars géants ainsi que quelques poissons.
Le spectacle était super. Nous avons tout vu : la tête, le corps, et la queue, lorsqu’ils ont plongé. Magnifique.
Le vent est revenu, 20 à 25 nds réels, et nous avançons à environ 9 nds. Jacques a pu changer son billet d’avion de samedi pour dimanche, et les Eagle lui ont réservé une place pour un vol inter îles, Flores Horta. A cette vitesse, on arrive demain soir ou après demain matin.
Je termine juste la journée en souhaitant bonne chance à tous ceux qui passent le brevet demain. Merci de me l’avoir dit Anne ! MERDE !

Les cachalots, beautés marines...!

Vendredi 27 Juin

196 milles en 24 h ! Record du TDA (Tour De l’Atlantique) ! Nous avons fusé toute la journée et toute la nuit, et nous ne sommes plus qu’à 190 milles de Horta.
Aujourd’hui, opération lettres. Jacques s’en va bientôt, il ferra notre facteur. J’ai décoré toutes les enveloppes, je me demande quelle tête ferra la personne qui relèvera le courrier !
Les tarots sont toujours au RDV chaque jour, pour notre plus grand bonheur d’ailleurs. Papa est 1er, Seb 2e, mam’s et moi 3e, Jacques 5e, et Max dernier. Les « gardes », « gardes sans », et « gardes contre » sont souvent énoncées, et les points chutent ou décollent. C’est vraiment génial !
Nous arrivons demain, soit dans l’après midi, soit le soir, pour l’anniv’ de Seby.