La famille avec les vieux sages du villages, sous l'arbre à palabres


Sénégal


Samedi 17 Novembre

Après une bonne nuit de sommeil bien méritée, nous sommes allés voir le bateau des Picard, famille dont le père (Christian) avait essayé, lors de notre préparation du voyage, de nous vendre un outremer 42. Il a acheté exactement le même bateau que nous et fait le même programme d’un an ! Nous les avons retrouvés à Dakar. Le bateau est un peu différent, les bureaux sont disposés dans la longueur au lieu de la largeur pour nous,  ils ont repeint quelques boiseries en blanc mais globalement, c’est le même. Curieux de voir le notre, les Picard viennent le visiter. Chacun de son côté, nous pensons : « Quand même, il est cool notre Bulle d’O... ! ».

La famille Eagl, à Dakar
Les deux Kronos, cherchez les différences !



Nous déjeunons au CVD, cercle de voile de Dakar en compagnie de Claude, Henriette, Thomas et Yves, acteurs de VSF.Nous devons cneder l’après-midi.

Un bon repas au CVD (cercle de voile de Dakar)


Dimanche 18 Novembre


Aujourd’hui, nous partons en expédition sur l’île de Gorée. C’est une ancienne île de commerce d’esclaves. Les blancs emprisonnaient des noirs en les traitant comme des chiens… Moyen moyen. Nous prenons un taxi, qui ressemble plutôt à un tas de ferraille puis, nous allons à l’embarcadère prendre le bateau. Petit tour de l’île en commencant par la clôture du festival de Gorée qui avait débuté il y a une semaine. Nous assistons au tour d’honneur des lutteurs Sénégalais. Nous nous dirigeons ensuite dans les ruelles qui sont bourrées de chats, de  chiens et de chèvres.

La maison des esclaves est fermée et nous ne pouvons pas la visiter. Dommage. Retour au bateau vers 19h30.

Le champion de lutte, bien musclé !
Une belle supportrice, à Gorée



Lundi 19 Novembre

JOYEUX ANNIVERSAIRE ALEXIA !
Nous pouvons enfin faire les formalités de police. Papa part avec mOsieu thomas le président de vsf. Apparemment, c’est super compliqué… Bonne chance. Nous allons les rejoindre en « taxi » pour aller à la librairie renouveler le stock de livres qui a sérieusement baissé, visiter un peu Dakar, manger au restaurant et acheter du matériel de pêche. Thomas a enfin réussi à avoir le permis de séjour du bateau Pjusk. Nous rencontrons aussi Pierre, un ami de Thomas car ils vont venir pendant 1 petite semaine sur Bulle d’O. Nous allons faire les taxis boat en direction du Siné Saloum. Départ demain matin, vers 08h00.

Président, aux jumelles !
Mardi 20 Novembre

Nous décidons de ne partir que ce soir vu qu’il reste plein de choses à faire : journée préparation. Papa vérifie les quelques modifications effectuées, Thomas va au ministère, Pierre s’occupe des courses et Max, Seb et moi répondons à nos mails sans pour autant oublier le cned et le rangement du bateau.

Nous partons en fin d’après-midi pour arriver demain de jour à cause des filets de pécheurs.  Cool ! Il y a deux équipiers de plus !

Dakar dans toute sa splendeur.

Mercredi 21 Novembre

Les quarts du soir se sont super bien passés, Thomas surnommé « Président » est resté avec max et moi puis a continué jusqu’à 02h00 du mat, mam’s a fait de minuit à 5h00 du mat et Papa a fait de 22h à minuit et de 04h00 jusqu’au réveil de tout le monde. Seb a fait son quart avec Pierre surnommé « chameau » ! Très sympas les équipiers !

Nous naviguons dans les bolongs pour aller sur l’île de Bassar, endroit où se passe notre mission. Nous devons essayer de créer un partenariat scolaire avec le collège de Bassoul, île voisine inaccessible en bateau à cause de marées et d’étudier l’éventualité de présenter un projet pour construire une cantine. Dès notre arrivée, des africains arrivent dans la mangrove et nous disent : « Toubab (nom qui désigne les blancs), toubab, toubab, comment tu t’appelles ? Ca va ? ». Il faut savoir qu’ici, il y a des formules de politesse à n’en plus finir : je te serre la main, « bonjour, ça va ? », « ça va ça va bonjour et toi, ça va ? », « Oui ça va », «  et la famille, ça va ? » et ensuite, c’est les enfants, l’école etc.… ! Pierre avait acheté des beignets de poissons et nous les avons mangés avec des tomates et de l’avocat. DELICIEUX !!! Merci gentil chameau !

Les enfants dans la mangrove de Bassar

Thomas nous montre le village de Bassar. En premier, nous saluons les sages assis autour de l’arbre à palabre, énorme fromager mais qui ne fabrique malheureusement pas de fromages… Nous rencontrons ensuite Saïnabou, matrone du village adorable. Dis donc, Président lui plait ! J’rigole Thomas! Nous continuons notre petit tour, les instituteurs, Radhi : la 2ème matrone qui est aussi gentille que Saïnabou, nous allons à la limite Bassoul Bassar (environ 20 min de marche) pour voir la centrale solaire qui ne marche plus et la nuit tombe donc nous rentrons au bateau.

Nouvelle mode pour le sac de sport.
Les bigs baobabs
Saïnabou, la matronne, ainsi que...
... Radhi, qui l'aide.

Jeudi 22 Novembre 

Thomas part à Foundioune en pirogue pour son RDV avec un médecin et dors à Djiogan pour passer la journée du lendemain avec la mission médicale. Pendant ce temps,  nous partons à Bassoul, voir le principal du collège, M. Sané. Il est très enthousiaste pour le partenariat mais moins pour la cantine. Il nous propose de voir les classes : 6ème, 5ème, 4ème et 3ème, dans toutes les classes, quelques volontaires se présentent et nous aussi. Ils sont beaucoup plus âgés que nous! Avec le principal, nous convenons d’un rendez-vous demain matin pour reparler de tout en profondeur. Pas le temps d’aller visiter Bassoul, nous devons rentrer avant la nuit pour ne pas gêner Saïnabou qui veut nous raccompagner et qui pourrait être mal à l’aise de le faire la nuit. Thomas est revenu vers 19h00 avec plein de moutou-moutou, petites bêtes qui piquent comme les moustiques. Ça gratte ! La barbe…It’s a real bore, comme je viens de l’apprendre en anglais.

Papa et M. Sané dans la cour du collège de Bassoul
L'équipe en chef des profs


Vendredi 23 Novembre

Ce matin, avant d’aller au collège, le prof de CM2 que nous avions rencontré hier nous fait visiter les classes de primaire. Tous les élèves nous chantent des chansons du genre : « Ze suis sage, ze suis sage, à l’école… » sur l’air de Frère Jaques. Lorsque Papa sort l’appareil photo, tous les enfants courent pour être sur la photo ! Puis ils veulent tous nous serrer les mains.

Une petite fille devant la présentation de l'école
Nous devant le collège
Une classe de primaire
Max et ses copains

Nous nous dirigeons ensuite vers Bassoul pour rencontrer M. Sané pour la 2ème fois. Toujours aussi sympa, il nous explique le fonctionnement du collège, la possibilité de mettre en place le partenariat scolaire, son projet de foyer des élèves pour qu’ils puissent écouter de la musique, lire, travailler mais il est plutôt branché sur le partenariat.

Mardi, nous allons en cours pour voir la différence France-Sénégal. Nous organisons aussi une « rencontre musicale » jeudi : nous venons avec nos instruments et on improvisera. Les garçons et moi on a un peu peur parce qu’on ne sait pas improviser… On verra.

Comme nous n’avons pas travaillé ce matin, nous rentrons tôt au bateau, le cned nous attend, les contrôles...

Equipement de VSF, transporté depuis la France


Samedi 24 Novembre

Aujourd’hui,  nous partons pour Mar Lodj, une autre île du Saloum. M’man ne veut ABSOLUMENT PAS rater la messe de Mar Lodj même si elle n’est pas du tout pratiquante. C’est parce qu’il parait qu’elle est super. On verra demain. La navigation se passe très bien. Nous arrivons vers 19h30 et on décide d’aller au resto. Farakaba, chez Iba. Petit resto au bord de la plage avec des « gîtes » à l’Africaine : d’assez grands campements. Iba nous prépare la pêche de l’après-midi : une belle carpe rouge. Nous avons passé une très bonne soirée, Iba est très sympa et nous parle de ses enfants, de la pêche, sa passion.

A la sortie de la messe, tout le monde discute.
Chameau et nous, devant le dispensaire de Mar Lodj


Dimanche 25 Novembre

Normalement, Président et chameau doivent partir aujourd’hui. Cool ! Plus de skateurs ! Non, je rigole, on n’a pas super envie qu’ils partent… Schade auf Deutsch. Pour l’instant, nous allons à la messe. Mar Lodj a une église et quelques pratiquants alors que la religion musulmane est pratiquée par les 90% de la population du Siné Saloum. La messe est en Serrer, ethnie de la région et au tam tam. On ne comprend pas grand-chose. Chameau tient 10 min mais Président reste jusqu’au bout. La messe doit être bien quand on la comprend…

Nous partons ensuite voir les bonnes sœurs de la mission catholique. Sœur Marie-Jeanne est un numéro ainsi que Irène, la 2ème sœur. Cela fait du bien de voir une maison décorée, pour que les enfants s’y sentent bien lorsqu’ils vont au dispensaire.

En retournant au bateau, nous avons le droit à la totale du marché artisanal. Toutes les femmes viennent vers nous pour qu’on leur achète les colliers, les pirogues en bois, les porte-clefs, les petites boîtes à bijoux… Chameau nous fait plein de cadeaux. Sympa ! Et moi, j’achète aussi pas mal de trucs pour mes amies pendant que Papa et Maman négocient 2 pirogues en bois pour mettre les biscuits apéros.

Quelle est belle la marchande...

Nous déjeunons chez Iba, un bon mérou frais du matin pêché par le chef en personne ! Nous avons vraiment sympathisé avec lui. Tout l’après-midi, je m’amuse avec ses enfants : Ami, petite fille trop mignonne de 6 mois que j’ai même portée à l’Africaine, dans le dos, Noé, son fils adoptif de 4 ans et Hussan, son fils de 6 ans. Il y avait aussi sa grande fille adoptive de 16 ans. Seb nous pêche 2 lottes qu’il relâche car c’est la variété qui n’est pas bonne et Max pêche une truite pour l’apéro du soir.

Finalement, Thomas et Pierre ne partiront que demain matin donc ils louent un « gîte » d’Iba pour la nuit. Un voyage en pirogue et en taxi-brousse les attend pour rentrer à Paris, sous la pluie et le ciel gris. Brrrr…

Iba et les garçons, qui discutent pêche.



Amye que je porte sur le dos
Amye et moi


Lundi 26 Novembre

JOYEUX ANNIVERSIARE PAPA !
Ce matin, il faut dire au revoir à Président et à Chameau. Ils retournent à Paris, ils s’en vont. Presque en même temps que nous sauf que Bulle d’O et son équipage partent vers Bassar, retrouver la mission médicale. La navigation se passe très bien, nous arrivons à Bassar en fin d’après-midi.
Le soir, nous concoctons pour Papa un bon repas : Chorizo, foie gras, carpes péchées par Seby, tomates provençales de Mam’s, haricots verts, fromage de brebis et crumble pomme mangue préparé par moi-même grâce à la recette que Mamie m’a gentiment dictée au téléphone. Toute la mission VSF arrive sur le bateau avec un gâteau à l’ananas préparé par Henriette et une bougie de moteur ! Sympa !

Joyeux anniversaire Papa !
Toute la mission de VSF arrive avec un gateau d'Henriette !

Mardi 27 Novembre

Ce matin, nous assistons aux cours à la Sénégalaise. Il n’y a qu’une classe de 3ème dans le collège. M.Ngaye, leur prof de Maths et SVT est très sympa. J’ai le droit à un prénom serrer : Awa, assez commun et comme ma voisine de gauche (19 ans en 3ème). Mon autre voisine s’appelle Adama (21 ans). Le cours dure deux heures. Il porte sur les projetés orthogonaux. Il y a un écart de niveau entre le MLK et le collège de Bassoul. Il m’a semblé que leur programme de 3ème correspond à notre 4ème. Par contre, les élèves sont beaucoup plus âgés et ne parlent pas tous très bien français bien que ce soit la langue de leurs cours. D’autres différences sont plutôt le claquement de doigts pour être interrogés, mais surtout l’emploi du temps. Ils travaillent de 08h à 12h puis de 16h à 18h, à cause de la chaleur. Les garçons, eux, sont en histoire géo. 4ème pour Seb et 6ème pour Maxime. Sébastien (nommé Hussman) apprend l’histoire du Sénégal pendant que Maxime (Machar, son prénom Serrer) révise ses chiffres romains. Nous nous rendons ensuite au dispensaire de Bassar pour voir comment travaillent les médecins. Alix a déjà vu 27 patients en une matinée. Ça fait beaucoup ! Nous consacrons notre après-midi à cneder. Eh oui, le collège n’empêche pas le cned !

Max en classe
Seb en 4ème

Mercredi 28 Novembre

Pendant que les garçons restent sur le bateau pour cneder et donc, pêcher plus vite, Papa, Maman et moi partons pour Bassoul. Nous allons à la conférence d’Alix, qui porte sur les parasites. Comment casser le cycle des parasites ? Il faut beaucoup se laver les mains, javelliser l’eau mais aussi bien laver les aliments et bien les faire cuire. Nous mangeons au foyer, avec les médecins. Saïnabou nous prépare un Tiboudjien : poisson riz.

Jeudi 29 Novembre

Aujourd’hui, nous avons un peu le trac car nous faisons une rencontre musicale avec le collège. Les garçons et moi emmenons nos instruments : clarinette pour Max, guitare pour Seb et moi, à défaut de piano, je prends une flûte. Nous commençons à jouer un morceau puis les sénégalais se mettent à chanter et à taper des mains. C’était très sympa.

Nouveau moyen de transport, la charette tirée par les ânes.
Bassoul


Vendredi 30 Novembre
 

Ce soir, il y a du monde pour le dîner : l’équipage d’Ad Hoc (Jean-Pierre et Philippe) ainsi que Henriette et Claude. Nous sommes 9 en tout. Je passe tout mon après-midi à cuisiner : un gâteau au chocolat et une tarte au citron meringuée. Le dîner est très réussi, nous sympathisons avec tous les invités. A refaire si on se voit !

Samedi 1er Décembre

C’est notre dernière journée à Bassoul. Nous allons au collège pour écouter la fin de la 2ème conférence d’Alix et pour faire des échanges d’adresses. J’ai 4 correspondantes, seb en a 1 et max 3. Nous prenons aussi des photos de classes avec Papa comme paparazzi.

Nous partons ensuite en direction de Bassoul, pour visiter la ville et pour manger au dispensaire. Un bébé vient de naître, à midi et il est 12h30. Trop mignon.

Nous retournons au bateau vers 16h. Nous, pour cneder et papa, pour se mettre en tenue de footing. Il part à 17h faire en faire un avec le prof de CM2 : Aliou. Puis, il font une partie de foot et boivent le thé, on ne peut pas dire que Papa adore ça mais bon…


Dimanche 02 Décembre



Au revoir Bassar, bonjour pointe Jacksona. Nous partons en effet aujourd’hui. Navigation tranquille pour nous mais un peu stressante pour le capitaine Ad Hoc et Jean-Pierre car ils se prennent 2 fois dans un banc de sable. Ils nous lancent un bout et nous l’accrochons. Puis, nous mettons à fond les moteurs en marche avant pour le dégager. Ouf ! Réussi.

Nous arrivons en milieu d’après-midi avec un superbe paysage. Endroit désert avec une plage de sable, des palmiers, des baobabs et des bancs de sable .Le reste de la journée est consacré au ramassage de coques, à la construction d’une piscine pour Sweety (la chienne d’Ad Hoc) et à l’exploration de l’île pour les adultes.

Le soir, les douanes viennent nous contrôler mais nous ne sommes pas sûrs qu’ils sachent lire… Heureusement, car nous ne pouvons rester que jusqu’à demain matin au Sénégal !

Lundi 03 Décembre

Nous cnedons à la pointe Jacksona pour partir sur la Casamance cet après-midi. La navigation se passe bien mais Ad Hoc se prend dans un filet dérivant. Une pirogue vient l’aider à l’enlever mais au passage, elle lui pique son feu à retournement. Pas de bol…
Nous allons passer au large de la Gambie, pays qui craint apparemment. Arrivée prévue pour demain matin.

Mardi 04 Décembre

JOYEUX ANNIVERSAIRE SWEETY ET BON ANNIVERSAIRE FANFOUNET!
Il y a beaucoup de mer, ça bouge, et nous sommes au pré. Nous n’avons pas la bonne direction. Il faudrait être face au vent, ce qui n’est pas possible. Nous devions arriver le matin mais nous arrivons à 18h30. Nous avons du tirer des bords jusqu’à ce que la mer et le vent se calment, vers 14h00

Nous mouillons à Karabane. Les Ad Hoc nous emmènent un filet de poissons qu’ils ont péché : une bonite à dos rayé. Délicieux. Papa, Maman et Seb s’aventurent à aller chercher le pain pour ce soir et demain matin.

Mercredi 05 Décembre

Ce matin, le vent recommence à faire des siennes. Nous ne pouvons pas travailler. Les Ad Hoc s’aventurent à passer la barrière de vagues puis c’est à notre tour. Nous décidons de chercher un restaurant assez vite, vu qu’ici, la cuisine est très lente. Nous rencontrons Etienne, super sympa. Il nous mène au restaurant de sa tante : Helena. Menu du jour : crevettes et spaghetti. On revient dans ¾ d’heure. Petite balade sur la plage, visite chez le tailleur, mais il n’y a pas de beaux tissus.

Après avoir mangé, Seb, Max et moi allons voir un petit ouistiti qui est dans un resto. Il est trop marrant. Puis, nous décidons de lever l’ancre pour ne pas se refaire trimballer demain. Dommage, c’était sympa. Cela restera un bon souvenir.

Jeudi 06 Décembre

Le mouillage est bien protégé, ça ne bouge pas. Mais par contre, il n’y a pas de village. Quelques oiseaux passent au dessus de nos têtes, des pélicans, qui fascinent tant Papa. Nous décidons de nous rapprocher de Ziguinchor, pour refaire les pleins et pour le wifi gratuit. Ça fait 15 jours que nous n’avons pas eu de connection. Nous partons donc pour la pointe Djougoute. Une nav qui nous prend la journée.

Vendredi 07 Décembre

Nous sommes à la pointe Djougoute, et nous partons pour Ziguinchor, avec Ad Hoc. La navigation se passe tranquillement. Nous croisons le Wilis, bateau faisant l’aller retour Dakar Ziguinchor (Zig) en transportant beaucoup de passagers. Amateurs de poissons, nous croisons un pécheur qui nous vend du mulet. Nous arrivons avec le coucher de soleil magnifique de Zig. Les Ad Hoc viennent dîner, avec au dessert, des cookies que j’ai préparés.


De samedi 08 décembre au samedi 15 Décembre

Nous sommes à Ziguinchor, mouillés en face du Kadiandoumagne : un hôtel avec piscine (gratuite pour les voiliers), restaurant et beaucoup de personnes sympas. Nous avons par exemple rencontré Bienvenue, un cuisinier, avec qui les garçons et moi avons tout de suite sympathisé. Nous avons passé beaucoup d’après midi dans l’eau. Les magasins libanais nous permettaient de nous approvisionner : il y a un peu de tout.

Pour fêter le départ d’Ad Hoc, nous dînons ensemble et je prépare des crêpes et nous passons une bonne soirée, la dernière…

 Il y avait pas mal de bateaux : farouell III : une famille de cinq enfants qui voyagent autour du monde pour une durée non déterminée, Stellina qui est depuis 2 ans au Sénégal, Lili : une famille belge…

Mam's, tout simplement

Nous avons passé un après midi en famille, dans la ville. Tout d’abord au marché artisanal où j’ai eu le droit à un sac superbe et des chaussures (tout comme Maxime). Les Sénégalais sont vraiment supers sympas. Nous nous sommes ensuite dirigés vers l’alliance française : bâtiment avec beaucoup de couleurs : majoritairement rouge et jaune, mais aussi orange, vert, bleu clair, noir, beige, rose pâle, pourpre…Très joli. L’alliance organise aussi une vente au profit des handicapés. Ils vendent des hippos rigolos (hippopotames sculptés), des colliers, des tongs, des masques, sculptures…

Après une boisson, nous nous dirigeons vers le marché de Boucotte avant qu’il ne ferme. Des stands pleins de tissus sont à perte de vue, des Sénégalais dansent sur la musique à fond, des marchands vantent leurs produits, des femmes discutent, tout le monde marche, parle et cela forme une rue qui bouillonne, qui bouge. Quel spectacle ! Nous nous dirigeons dans le stand de l’ « américain » pour acheter un tissu. J’aimerais beaucoup avoir une robe Sénégalaise. Je choisis un tissu rouge avec des formes noires et blanches. Merci les parents !

Le soir tombe. Nous décidons de retourner au Kadiandoumagne et de manger au restaurant. Bienvenue nous concocte des entrecôtes bordelaises et des Tiofs grillés au barbecue (des poissons).Délicieux. Pendant que les parents se dirigent vers la dégustation de vins, nous nous baignons dans la piscine. Cette journée aura été super !

J’ai aussi beaucoup cuisiné pendant notre séjour à Ziguinchor.

Dimanche 16 Décembre

Nouvelle règle sur Bulle d’O : nous travaillons plus la semaine et le dimanche, nous ne
cnedons pas. Par contre, chaque dimanche, nous faisons une demi heure de ménage, à fond. Avant de partir pour Affiniam : petit village dans un bolong, nous profitons de la connexion internet wifi du Kadiandoumagne. Puis, nous levons l’ancre. Nous arrivons vers 16h au mouillage, seuls. Quelques oiseaux font la course, commentés par Sébastien. Nous aimerions aller à Sepra : jardin où l’on peut cueillir ses fruits et légumes directement sur les arbres. En chemin, nous rencontrons 6 mamans qui se dirigent vers un enterrement. Elles nous proposent de revenir demain, faire la fête avec elles. Le vieux guérisseur est mort. Nous continuons notre chemin entouré d’arbres : des fromagers, des baobabs, des buissons… Nous rebroussons finalement le chemin car la nuit tombe. Nous aurons marché deux heures.

Lundi 17 Décembre

Nous sommes seuls au monde dans le mouillage d’Affiniam. Nous partons en fin de matinée retrouver les mamans d’hier. On nous accepte sans problème, lors d’un enterrement. Le vieux sage est mort il y a 6 jours, la fête finit aujourd’hui, alors on boit, on chante, on danse, on mange… Toute la famille est là. On nous présente Paul, le petit fils du défunt. Il vit en France, à Montpellier. Nous sympathisons avec lui, il nous présente sa famille : Pascaline, qui vit à Dakar, Joséphine, Marie Lucie... Ils nous invitent à manger, nous parlons avec eux, ils nous racontent leurs vies, leurs idées et nous échangeons nos points de vue. Après avoir bien manger, nous les quittons à regret pour aller à Sepra. Tout le monde va visiter le jardin, cueillir des oranges, mandarines et citrons sauf moi, qui préfère rester allongée, je ne me sens pas bien. Au final, nous repartons avec 6 kilos de mandarines, 3kg de citrons et quelques oranges. On me propose de rentrer en mobylette. Merci, il y a beaucoup de chemin. Puis,  nous rentrons au bateau, j’ai 39.5 de fièvre…

Les mamans d'Affiniam


Mardi 18 Décembre

Bye bye Paul et sa famille, bye bye Affiniam. Nous partons pour Nioumoune. Nous naviguons environ 5 heures pour arriver dans le mouillage. 6 bateaux sont déjà présents. Les parents et Sébastien vont se promener dans les rizières (voir la récolte du riz) pendant que Maxime et moi restons sur le bateau. Noël approche… !

Mercredi 19 Décembre

Comme d’habitude, nous cnedons le matin. Puis, l’après-midi, des enfants viennent en pirogue nous proposer du poisson. Papa achète un gros capitaine et entreprend de nous le cuisiner grillé à la poêle. Miam!

Jeudi 20 Décembre

Aujourd’hui, nous décidons d’aller nous balader en famille, à Nioumoune. Premier arrêt dans le campement. On nous fait visiter, on discute, et on repart vers la ville. En chemin, nous croisons beaucoup d’enfants qui nous suivent, nous donnent la main et nous demandent de les prendre en photo.

Alphonse, un instituteur de CE2 revenant à Nioumoune pour les vacances nous fait visiter en expliquant. Ici, une légende dit qu’un enfant peut choisir de vivre dans l’esprit d’un taureau. Du coup, avant de vendre un animal, la famille prévient tous les enfants du village de la vente pour que l’enfant sorte de l’esprit du taureau. Un lien s’est créé entre les enfants et les animaux domestiques. Chaque soir, les enfants rejoignent les bêtes et restent avec eux pendant un certain temps. Ils vont aussi les chercher dans les champs, leur donner à manger, leur tiennent compagnie.

Vendredi 21 Décembre

Aujourd’hui, nous partons de Nioumoune pour nous diriger vers Kachouanne, petit village avec un tailleur renommé.  La navigation est tranquille, Papa contrôle la situation. Nous arrivons dans le mouillage, en compagnie de deux bateaux. La plage est de sable fin, bordée de cocotiers, avec des petites maisons en forme de case. C’est vraiment très joli. Aujourd’hui et jusqu’à lundi, c’est la tabaski : une fête musulmane. Après avoir mouillé, nous partons chercher le tailleur. On nous emmène le voir et nous discutons. Il s’appelle Moussu. Il me mesure, fait des croquis, regarde le modèle. Demain matin, il ira acheter la doublure, le ruban et les fermetures. Papa est invité au foot du soir et la famille, à partager le repas de Tabaski avec Moussu et son frère : Yaya. Nous mangeons à la lueur d’une lampe de poche et de la bougie. Le plat est fait à base de couscous et de mouton, avec des légumes. Délicieux. Décidément, les Sénégalais sont vraiment sympas. Aurait on eu la gentillesse d’inviter un étranger pendant le repas de Noël ?

La récolte du riz à Niomoune, tout le village y participe


Samedi 22 Décembre

Après le cned, nous allons manger au flamboyant : le restaurant de Kokoye, Issah et Dieng, le cuisinier. Il nous prépare un poulet yassa : poulet avec riz et sauce à base d’oignons vraiment DELICIEUX. J’espère que j’arriverais à en faire ! Bintou me propose de me montrer le village. Nous allons chez ses amies, au match de foot supporter papa, elle m’invite à manger : à l’africaine. Les enfants mangent tous dans un grand plat avec les mains mais on me donne une cuillère : ils connaisent les demandes des français ! Le soir, nous allons en « boîte de nuit » africaine. C’est la fête : tabaski, et tout le monde danse.

Dimanche 23 Décembre

Ca y est ! J’ai ma robe. Elle est trop trop belle. Merci Moussu. Je passe ma journée avec Bintou, mais aussi avec Diarrah, Sorea, Lissa, Fatou, Adama… Nous nous rendons aussi au match de football. Aujourd’hui, Papa aidé de Dieng, El Hadji et Issah ont fait les pleins d’eau dans le puit du village. Ce soir, Moussu vient dîner sur le bateau pendant que Yaya se prépare. Demain, il repart à Kolda pour travailler. Dommage. Malheureusement, nous aussi nous allons partir demain… J’ai pas envie… Mais on doit récupérer Tonton Emmanuel à l’aéroport car il vient traverser l’atlantique avec nous. Cool.

Moussu le tailleur et moi


Lundi 24 Décembre

Nous allons au village dire au revoir à tout le monde : Issah nous donne des fleurs et du riz : « ce n’est pas beaucoup pour vous mais, nous, c’est tout ce qu’on a » dit il. El Hadji, lui, m’offre un chapeau de paille : « tu le mettras avec ta robe africaine ». Ils sont vraiment sympa et touchant. « Les amis, aujourd’hui je suis très triste. Je ne veux pas que vous partiez » : merci Issah. Nous non plus. Et puis, on lève l’ancre : au revoir la casamance, au revoir le Sénégal, au revoir Kachouanne, Affiniam, Bassar, Bassoul, Mar Lodj, Ziguinchor, Nioumoune, au revoir Dieng, Issah, El Hadji, M.Sané, Aliou, Bintou, Diarrah, Kokoye, Moussu, Yaya, Joséphine, Pascaline, Marie Lucie, Bienvenue, Sorea, Iba, Awa, Amye, Noé, Adama… C’était un plaisir de vous connaître, à bientôt.
Dehors, ça souffle. Nous essayons de remonter le plus possible au nord, pour que ce soit plus confortable après. Nous avons environ 3 jours de nav. Demain, c’est Noël, mais on le fêtera sûrement au cap vert, surtout si ça bouge comme ça !