Gibraltar

Bienvenue à Gibraltar


Mercredi 17 Octobre

Gibraltar – La linea de Conception. Temps superbe.

Notre mouillage est en fait à La Linea de conception, coté espagnol de Gibraltar.
Nous y rencontrons de nombreux bateaux francophones. Parmi cela, nous sympathisons rapidement avec Gil sur Cholgaz. Gil est un marin chevronné, multi tourdumondiste qui navigue sur un Garcia superbe et remarquablement préparé.
Bulle d’O étant « un peu » moins bien préparé, Gil s’est mis en tête de nous donner un coup de main sérieux sur les deux/trois problèmes les plus importants qui se dressent devant nous : Etanchéité du hublot central qui fuit malgré les interventions géniales que nous avons faites à San Antonio, générateur qui s’est fixé de nous casser les pieds et qui y arrive très bien, alternateur rebelle du moteur bâbord. Rien que ça. Des montagnes pour nous, un exercice passionnant pour Gilles.
Son approche est simple :

1) Comment ferions nous si nous étions sur une île déserte
2) On va faire de notre mieux



Cholgas, bateau de Gil qui fait rêver les enfants...et les grands


Jeudi 18 Octobre

Gibraltar – La linea de Conception.
Nous nous activons du matin au soir pour remettre en état Bulle d’O. Gil arrive tôt le matin à la nage sur Bulle d’O. Pas le temps de déjeuner, nous devons avancer. La nuit tombe déjà ! Bon on range tout et on reprend demain. Pas le temps de mettre notre site à jour. On priorise…

Vendredi 19 Octobre
Gibraltar
Nous devons nous mettre devant le fait accompli. Il y a encore plusieurs jours de boulot sur Bulle d’O. La bonne fenêtre entre aperçue pour un départ pour Madère doit être oubliée. On laisse filer nos potes de Taugl sans nous. Et M…. On va même devoir zapper Madère.
Gil décide de rester tant que Bulle d’O n’est pas rétabli. Sympa ! Notre bateau sera superbe quand on va rentrer.


Cours de godille sur l'annexe de Gil. A moi, à moi, à moi...


Samedi 20 Octobre
Gibraltar
Moral en baisse, rien à voir avec l’Argentine (juré). Pas de progrès dans nos travaux. Ras la casquette !


Les petits face aux géants de la mer



Dimanche 21 Octobre


Gibraltar - Vent d’est. Journée chaude et humide en soirée.
Trois autres bateaucopains partent sur Madère

Pour nous remonter le moral, nous décidons de nous octroyer une journée de vacances. C’est un comble en pleine année sabbatique !
Nous partons donc visiter Gibraltar avec notre bateaucopain Bobola.


Antoine, Pierre et Louis avec nos mousse sur la piste frontière
Attaque de singes très malins pour ouvrir les sac...! ça fait tout drôle


Aux pieds des piliers d'Hercule avec les Bobola avant l'ascencion du rocher


Petit revue d’histoire - Géo:

Gibraltar est un territoire d'outre-mer du Royaume-Uni. Les Britanniques y ont maintenu dans le passé une présence militaire important. Cette présence est à présent réduite, mais il en reste encore beaucoup de témoignages que nous avons pu parcourir : canons, château fortifié, remparts, grottes.
Bien que la majorité de sa population y soit opposée, Gibraltar est revendiqué par l'Espagne. Cette question est encore une cause de dissension dans les relations hispano-britanniques.
Gibraltar est étendu sur 6,5 km² (tout tout petit), a 12 Km de côtes et possède une frontière terrestre avec l'Espagne longue de 1,2 km. Le point culminant est le Rocher de Gibraltar ( 426 m), une réserve naturelle peuplée par les seuls singes sauvages en Europe (très sympa à visiter).

Pour nous y rendre, nous débarquons en annexe à La Linéa de conception. Cinq minutes à pieds et nous atteignons la frontière, passeports en main. Nous attendons qu’un avion décolle pour traverser la piste d’aéroport et arriver dans ce territoire britannique. Avenue Churchill, Bus stop et mail box nous montrent bien où nous sommes. Je remarque rapidement que l’ambiance ce matin est au calme complet ce qui me donne un indice sur le résultat de la finale de la veille…

Nous traversons la ville (bof !) et gravissons les marches de la méditerranée qui nous mènent au sommet du rocher, dans les nuages et parmi les singes. La vue est superbe.





Notre mouillage vue du haut du rocher
Piste frontière


L
undi 22 Octobre

Gibraltar - Vent qui tourne à l’ouest. Journée chaude, Soleil, soirée fraîche

L’alternateur de notre générateur qui nous cherche depuis plusieurs semaines a définitivement rendu l’âme. Tant mieux ! Au moins, c’est clair. J’ai donc pris contact avec le revendeur Fischer Panda en France et est bien identifié avec lui les pièces défectueuses afin de nous les faire parvenir au plus tôt par express mail. Cette panne n’est pas réellement bloquante mais franchement handicapante pour naviguer. Le générateur nous recharge en effet nos batteries de service efficacement, nous procure du 220V à bord et fait également fonctionner le dessal.

Son rôle est donc essentiel pour le bon fonctionnement des instruments de navigation, indispensables pour nous marins encore très tendres.

Nous avons passé la soirée avec nos voisins de mouillage, en escale comme nous à Gibraltar. Il font eux route pour Tahiti ou ils habitent depuis près de 40 ans. La soirée est rythmée aux sons des Galapagos, Tuamotu, Marquises ou Pitcairn.


Jean-Yves, Bernadette, Gil sur Tigress
Soirée sympa avant le départ


Aquablue file vers les Canaries
 


Lundi 22 Octobre

Gibraltar- vent d’ouest. La dépression se rapproche. Nuages nombreux, baisse du baromètre.

RAS. On bosse toujours. Le moral est un peu à l’image du temps. On attend les éclaircies. Après la pluie le beau temps.

Les enfants sont ravis de profiter des Bobolas qui restent avec nous. Les parents Florence et Marc nous donnent des coups de main dès que cela est possible.

Mardi 23 Octobre
Gibraltar – Pluie. La dépression est bien là. Il pleut encore un peu dans le bateau. Bulle d’O porte bien son nom.
Cours de météo avec Gil et Marc : dépressions, Anticyclones, fronts chauds et fronts froids, talvegs et dorsales…Ca commence à rentrer. Le vent tourne dans le sens contraire des aiguilles d’une montre dans une dépression (dans l’hémisphère Nord) et le contraire pour un anticyclone. L’anticyclone des Acores va reprendre sa place. Il va faire moche à Paris et beau en Espagne. Les vents vont être favorables pour descendre aux Canaries et ce, pour plusieurs jours. Greeat !

Mercredi 24 Octobre
Gibraltar - Vent d’ouest – retour du très beau temps. La dépression est passée.

Après vérification auprès d'Accastillage Bernard à Mandelieu, l’alternateur que nous avons commandé il y a deux jours n’est toujours pas parti. A bravo ! Tout devait partir il y a deux jours. Impossible donc de le recevoir avant le week end. Comme nous ne voulons surtout pas louper la très bonne fenêtre qui s’ouvre demain, nous décidons de fixer notre départ pour les canaries à Samedi.
Cela nous permettra en plus de partir en même temps que Cholgaz et Bobola.


Cours de confection des pommes de touline. Tout un art


Jeudi 25 Octobre

Gibraltar, très beau temps.
Nous remettons le bateau en ordre. Plein d’eau et de diesel à Gibraltar. Nous passons la nuit à la marina de Gibraltar (Marina bay) pour mieux nous préparer et recharger les batteries du bord.
Alexandra nous préparer un super repas avec une tarte au citron faîte avec tout son cœur.
Il nous tarde de naviguer, de retrouver ce rythme bien particulier et qui nous plait tant.


Magnifique Cholgas


Vendredi 26 Octobre

Gibraltar

Graciosa, notre première escale prévue aux Canaries, est à 600 milles en route directe. Il faut donc compter au moins sur 650 milles avec les inévitables petits détours liés aux vents et aux courants. A 6 nœuds de moyenne, cela fait un peu plus de 4 jours.

La sortie de Gibraltar doit être minutieusement étudiée pour partir avec les courants qui peuvent être très forts. Nous avons calculé qu’en partant 4 heures après la pleine mer nous aurions les conditions les plus favorables. Le départ est donc fixé un peu après 8H00 demain matin.

Nous étudions également la route à prendre. Premier objectif, s’adapter aux vents. Deuxième objectif, ne pas rester trop près des côtes marocaines afin d’éviter les filets dérivants, véritables poisons pour nos safrans. Troisième objectif, éviter les routes prises par les cargos et bien nous positionner en dehors.



Seb enlève le lazy jack, et c'est parti!