Vénézuela
Puerto La Cruz

La Marina TMO où nous passons le plus clair de notre temps


Mercredi 09 Avril

De Tortuga à Puerto la Cruz. 60 milles au près, vent entre 20 et 25 nœuds apparent, un riz dans la GV, vitesse entre 6 et 8 nœuds. Houle de ¾ face, mer peu agitée à agitée. Temps beau.

Salut les pêcheurs, hasta luego !

Nous quittons donc Tortuga ce matin. Réveil à 05H00. Le soleil ne s’est pas encore levé, nous le verrons sortir de l’eau vers 05H30, tout rouge de sommeil. Nos copains les pêcheurs ont passé toute la nuit sur leur barcasse, à quelques centaines de mètres de la lagune. Sentant que nous nous préparons à partir, ils viennent nous voir en criant « pescado, pescado ». Ils nous offrent alors toute une bassine de calamars et de maquereaux bonites. « Quand reviendrez vous ? » nous demandent ils. En quelques jours, nous nous sommes déjà attachés à eux, à leur vie très spartiate, à leurs cris au loin et à leur gentillesse. A bientôt peut-être, que la vierge Marie si bien représentée près de votre maison vous protège.

Une bonne engueulade

L’arrivée à Puerto La Cruz est très moyenne. La marina est une sorte de camp retranché, entouré de grillages et de barbelés, et sillonné par des gardes armés. Bienvenido todos ! Ajouter à cela pas de 220 V à la borne de la marina (en panne), pas de téléphone disponible (pour appeler César pour le pilote), internet qui ne marche pas (on verra demain), coupure d’eau pour au moins 24 heures, le tout cumulé avec le réveil de bonne heure ce matin et une navigation fatigante…il ne faut pas m’en demander plus !  Je défoule ma mauvaise humeur sur le dock master et lui colle une bonne engueulade. A son sourire continuel et malgré mes insultes, il me semble bien qu’il s’en contre fiche car il est 17H30, l’heure pour lui de rentrer chez lui.
Il y a des endroits et des jours comme cela….


Jeudi 10 Avril

Puerto la Cruz, marina TMO

La poisse

La journée commence mal, un peu dans la continuité de notre fin de journée hier. Voulant me rendre sur le quai, je m’y prends comme un pingouin, glisse sur la jupe tribord pour aller me jeter de tout mon poids, la jambe la première, sous le quai en béton orné de beaux coquillages bien saillants. Bien sonné, je me hisse hors de l’eau pour découvrir une jambe dans un état peu recommandable avec en prime un œuf de pigeon sur le tibia qui fait pâlir immédiatement Catherine. Prise par l’émotion, elle s’empresse de me porter secours et tombe alors à l’eau à son tour. Quelle solidarité !

Je ne suis pas trop fier de moi. Les bateaux copains voisins, qui ont tous entendu un gros « plouf » se mobilisent alors immédiatement et en moins de quelques minutes Bertrand, un ostéopathe super sympa, arrive sur Bulle d’O et prend en main l’opération désinfection, pansements et traitement de l’œuf qui grossissait de manière étonnante.

Deux heures après, ma jambe râpée de tout son long est toute bariolée d’éosine et de bétadine mais a évité le pire. J’ai eu semble t il beaucoup de chance. Coup de chapeau à Catherine pour sa réaction magnifique (à peine sorti de l’eau, elle me douche des pieds à la tête craignant une infection due à l’eau  très sale du port puis sort la pharmacie qui aura tout ce qu’il faut pour me retaper) et un grand merci à Sylvie (notre voisine babord), Martial (notre voisin tribord), à Bertrand et son épouse Vivette, tous les deux de La Cadière d’Azur (salut à vous tous, les amis de la région), pour leur gentillesse et leur disponibilité.

Pas trop fier le pingouin...

L’après midi fut beaucoup plus rose grâce à l’intervention de Thierry, notre voisin bâbord de ponton (nous sommes bien entourés). En moins de temps qu’il en faut pour le dire, il se plonge dans notre pilote récalcitrant, le démonte, le désosse et diagnostique le problème. Un disque de l’embrayage est endommagé et doit être retapé (oui, notre pilote automatique est electro-mécanique et fonctionne grâce à un embrayage) Nous donnons alors la pièce en question à Daniel, résidant ici depuis 40 ans et ayant sympathisé avec Thierry. Cela ne devrait pas poser de problème. Je croise les doigts mais pense que nous sommes sur la bonne piste.
Thierry est en voyage avec sa femme depuis maintenant 3 ans. Mécano de formation, il a LA compétence qui a tellement de valeur pour tous les marins au long court. Il est de plus extrêmement généreux  et donne des coups de main aux copains rencontrés en chemin, même aux pingouins maladroits !

La journée se termine mieux qu’elle n’avait commencée.


Le pilote en voie de guérison: on croise les doigts


Vendredi 11 Avril

Puerto la Cruz, marina TMO


Radio Bulle d’O

Alexandra, comment se déroule ton TDA ?

Toujours super bien. Je m’éclate de plus en plus. Qu’est ce que ça va être difficile de reprendre les vieilles habitudes ! J’aime toujours autant les balades en famille ou avec les amis, les mouillages de rêve,  le soleil à plein temps, les palabres du soir, les barbecues sur la plage… Bien sûr, les amis et la famille me manquent beaucoup, et puis, un bon bain d’une demi heure, une bonne côte de bœuf, un bon plateau de fromages français, avoir autant de lumière que l’on veut…, qui ne serait pas tenté ?


Que penses-tu de ton séjour ici, au Vénézuéla ?


C’est vraiment cool. Cela ne vaut pas le Sénégal, mais me plaît plus que les Antilles. Pas de touristes, pas de pollution, des habitants gentils et qui n’attendent rien en retour d’un service. Les îles sont plus sauvages, mais l’eau est un peu plus verte. Les balades sont assez sportives : des cactus partout et des épines qui ne cherchent qu’à te faire mal au pied. Mais les vues sont superbes. J’aime aussi beaucoup le fait d’alterner famille - amis : une moitié avec Eagle, et l’autre en famille. Moi qui étais plutôt pour l’option grandes Antilles à la base, je ne regrette pas que l’on ait choisi le Venezuela !

Quel est pour toi le point le moins sympa du TDA?

Je dirais le fait de devoir faire attention à beaucoup de chose : à l’eau, à l’électricité, au gaz, aux provisions… Nous devons faire la vaisselle à l’eau de mer (même faire la vaisselle tout court !), prendre notre douche (rapide !) à l’eau froide (Eh oui ! même dans les pays chauds, une douche chaude est la bienvenue !), faire très attention aux lumières, utiliser le four le moins possible (adieu les gratins…), ne pas manger tout l’approvisionnement en deux semaines…

Et qu’est-ce que tu préfères ?

Beaucoup de choses. En premier, j’opterais pour la cuisine. Je cuisine pas mal sur Bulle d’O, et j’adore ça. Des boulettes de poisson à l’ail et au coriandre, en passant par des tortillas et des rochers à la noix de coco, des tartes… j’ai essayé pas mal de recettes. Quelquefois raté mais bon… ! Les parents me laissent carte blanche, et m’accordent une grande confiance que j’apprécie beaucoup. En deuxième, je pense aux palabres, en famille, le soir, en prenant l’apéro. Nous discutons de beaucoup de choses et donnons nos impressions. Nous décidons aussi tous ensembles des décisions à prendre sur différents sujets. Enfin, en troisième, je mettrais les balades. Elles sont toujours sympas, avec des jeux et des concours organisés par Papa, et des vues que nous ne sommes pas près d’oublier… !


Cours d'espagnol pour Sébastien

et d'anglais pour alexandra



Samedi 12 Avril

Puerto la Cruz, marina TMO

Plus que trois mois !

Le compte à rebours a commencé. Nous sommes déjà mi avril et le planning commence à se resserrer avec tout ce que nous souhaitons encore faire et voir. Pour commencer, nous avons bien envie de vivre une petite dizaine de jours dans l’intérieur du Vénéz.
Pendant ce temps, nous allons essayer d’organiser un carénage de Bulle d’O (à définir car cela semble finalement assez cher et pas forcement indispensable) puis deux grosses semaines dans les îles (en fonction du vent,  Los Roques ou La Blanquilla) et enfin direction St-Martin (+/- 450 milles) pour préparer la transat retour et récupérer Jacques fin Mai/début Juin.
Nous avons en effet le plaisir d’accueillir Jacques pour la première partie de la transat jusqu’aux Acores. Un équipier en renfort, un équipier de choc. Ça va être génial !

Mais avant cela, il faut que l’on s’en sorte avec ce pilote !

Dimanche 13 Avril

Puerto la Cruz, marina TMO

Alors, comment va la famille pingouin ?

Tout d’abord papa pingouin. Et bien, il va mieux ! Ma jambe cicatrise doucement mais sûrement (au rythme du Vénézuela). Le reste de la famille se porte à merveille. Cath a oublié son petit bain inattendu de l’autre jour. Elle potasse les guides et sites web pour préparer notre rando dans les terres. Dix jours dans la Cordillère des Andes (Mérida) puis dans les « Llanos » à la découverte des anacondas géants, piranhas, caïmans et autres dauphins d’eau douce. Alléchant.

En prévision de cette escapade, nos trois mousses cravachent dur en ce moment pour prendre un peu d’avance sur le programme du CNED. La motivation est grande. Ils ont donc revu leurs plannings respectifs très consciencieusement. L’objectif est d’avoir terminé le programme fin Mai avant la transat. Après, ce sera les grandes vacances pour tous.

Aujourd’hui par exemple nous nous sommes levés à 06H30. Petit déjeuner tous ensemble dans le cockpit où il fait encore bon et pas trop chaud. Les enfants ont ensuite commencé à travailler un peu avant 08H00, chacun dans sa cabine. Sébastien et Maxime s’installent à leur bureau alors qu’Alexandra est elle confortablement « pliée » sur son lit. Elle s’y sent bien ! Pour Alexandra ce matin : Français, Anglais, SVT (contrôle) et Maths (révision et auto test). A 12H30, tout est terminé. Elle s’avancera probablement cet après midi d’une ou deux matières supplémentaires.


Grande soirée Pizza réunissant la dizaine de bateaux français de la marina

Martial et Sébastien

Le coin des enfants

 


Lundi 14 Avril au Jeudi 17 Avril

Puerto la Cruz, marina TMO

Trop lent ces travaux

Les travaux avancent à la vitesse du Vénéz, c’est à dire tout doucement ! Nous avons enfin récupéré ce soir l’embrayage tout retapé du pilote automatique. Nous le monterons et le testerons demain matin avec Thierry. Je vais mettre un cierge ce soir. Euh….. non, deux plutôt !
Par contre, Angel, qui devait travailler sur le dessal hier, puis cet après midi, a été invisible depuis deux jours. Nous irons le pêcher demain. Un bon leurre et nous le remonterons à bord.

Nous avons finalement décidé d’oublier le carénage ici. Sur les bons conseils de Thierry (toujours lui), nous attendrons notre retour en France où nous sortirons Bulle d’O à Port Saint Louis du Rhône. Voilà une bonne nouvelle.

Les Eagles sont encore aux Roques. Ils souffrent semble t- il un peu du vent trop violent au mouillage mais se sont tout de même régalés. Ils partent demain matin pour Carenero, sur la côte vénézuelienne.


Gros plan sur un pilote qui ne marche pâs

Vue magnifique



Puisque nous oublions le carénage et attendons la réparation sur le pilote qui va prendre plusieurs jours, nous bouclons nos sacs et hop! direction Mérida et les Llanos pour une semaine. Dernière soirée à la Marina où nous passons une bonne soirée avec Bertrand et Vivette qui fête justement son anniversaire.

Anniversaire de Vivette célebré sur Bulle d'O



A suivre escapade dans les terres...