Vénézuela
Tortuga

Un temps pour un rêve...


 

Samedi 05 Avril

De Cumana à Tortuga – 66 milles

En mer, 09H00

Nous avons quitté Cumana ce matin à 05H30, avec un grand ciel bleu et un vent de 15 noeuds qui tombe rapidement et se stabilise à moins de 10 nœuds soit +/- 2 nœuds de vent apparent (il vient de derrière). Pas suffisant pour notre GV. Nous l’affalons donc après ½ heure de recherche de la moindre risée et mettons en route les moteurs. On se rassure en pensant au prix payé hier.
Il fait une chaleur torride en mer. Le vent devrait monter un peu en fin de matinée autour de 15 nœuds ce qui nous permettrait de hisser le gennaker.

J’ai encore une fois été assez inquiet ce matin avant de partir. Plus nous naviguons, plus je garde en tête les difficultés accumulées depuis 7 mois. Je les additionne ou plutôt les multiplie, je rajoute celles des autres, je mélange le tout puis j’essaie de me raisonner. Tout compte fait, nous en avons eu assez peu jusque là et puis celles que nous avons rencontrées, nous les avons gérées. Alors, pourquoi suis-je inquiet comme ça ?

On est tout de même bien là, en pleine mer des caraïbes, au large du Venezuela.




L’arrivée à Tortuga gâchée par un pilote


Le vent forcit enfin vers 14H00 et nous pouvons hisser la GV. Bulle d’O fonce à 8 nœuds et puis patatra, le pilote rechute. Il perd son cap, une deuxième fois et à chaque fois qu’il est un peu trop sollicité. Quelle m….. Ca, c’est réellement et sérieusement fatiguant ! Je suis trop dépité pour y penser. Je ferme le dossier et nous verrons demain, au calme.

L’arrivée à Tortuga se fait avec 25 noeuds de vent et une mer assez calme. Bulle d’O adore. Nous prenons un ris pour ne pas trop forcer puis affalons tranquillement pour trouver le bon passage. Nous rentrons dans un trou de souris, une toute petite entrée avec 1m80 au sondeur.

Sébastien est posté devant, Alexandra à bâbord, Max à tribord, Cath sur le roof et bibi à la barre. Tous très attentifs et scrutant le fond. Ça passe tout juste, au milieu d’un vent beaucoup trop fort et qui rend la tâche un peu plus périlleuse. Nous mouillons par 1m60 dans une lagune très bien protégée de la houle.
Nous sommes seuls au milieu des pêcheurs qui viennent ici pour quelques jours comme nous l’avions déjà vu aux Testigos. Le contact est sympa, bien qu’un peu rustique. Ils nous offrent immédiatement quelques pagres en cadeaux de bienvenue. Ils les écaillent, les vident et nous les donnent prêts à griller. Sympa les pêcheurs !

 


Les pêcheurs installés sur la lagune de Tortuga

Barquasses de pêcheurs qui partent demain pour 5 jours en pleine mer



Dimanche 06 Avril

Tortuga –Laguna el Carenero

Alexandra prend les commandes

Alors que faire avec ce pilote ? Il ne m’a pas empêché de dormir mais il commence tout de même à me courir… Nous allons probablement laisser tomber provisoirement los Roques et faire cap sur Puerto la Cruz pour tenter de réparer. Nous ne souhaitons en effet pas naviguer de nuit sans pilote et serons bien plus tranquilles si nous pouvons le réparer rapidement. Histoire de souffler. Dommage pour los Roques, si prêts du but. Pour le moment, profitons de Tortuga et de ce site trop chouette.

Alexandra nous a sorti le grand jeu aujourd’hui. Avec un immense sourire, elle a pris en main le déjeuner et le dîner de A à Z. Au déjeuner, nous avons eu droit à des boulettes de poisson (le pagre d’hier ; divin) accompagnées de salade de tomates, petits oignons blancs,  salade de maïs, concombre sauce yaourt. Pour le dessert, tarte aux abricots frais, fameux. Le temps d’une balade dans la mangrove en annexe puis sur l’île au milieu des cactus et Alexandra se remet au travail pour nous préparer des tortillas à la saucisse du marché de Cumana, tomates, poivrons, oignons, carottes et fromage fondu. Tout cela toujours avec le même sourire, le plaisir de faire plaisir. Magique.

Un paysage aride...

...plein de cactus...


...avec des gosses épines et de belles fleurs


Sébastien en rêvait, nous l’avons fait ! Le moteur hors bord 15 cv a été sorti du fond de sa cale avant où il hivernait. Rangé le petit 6cv qui nous poussait gentiment. Sébastien est fier, aux commandes de sa puissante embarcation. Son plus beau dimanche de TDA ! Et pourtant, au bout de 10 minutes, alerte, le moteur tousse, fume, crache puis s’arrête. Que faire à plus de 500 m de Bulle d’O, contre le vent et le courant, nous dérivons tous les cinq un peu penauds. Nous sortons notre ramette, trop petite pour nous diriger dans la bonne direction. Nous nous mettons alors tous à l’eau et commençons à nager en traînant l’annexe vide. Cela nous empêche bien de dériver mais ne nous fait guère avancer. Les pêcheurs au loin, nous voyant faire cette danse un peu étrange, lèvent l’ancre rapidement et viennent nous remorquer. Une fois à bord de Bulle d’O, nous nous penchons sur le moteur qui démarre alors immédiatement et sans montrer de signe de faiblesses. Allez comprendre.

La palabre du soir a gîté, au milieu des félicitations et remerciements.


Déjeuner dominical sur Bulle d'O

Encore un repas “trop bon” préparé par Alexandra

Séance coiffeur pour Max

… cheveux bien courts


 

Lundi 07 Avril

Tortuga –Laguna el Carenero

Le temps des langoustes

Des nouvelles des copains : Eagle est à Los Roques après un court séjour sur la côte Nord de Tortuga (trop de vent et des moustiques !). Taugl part ce matin vers Blanquilla. Nous sommes tous heureux de garder le contact tout en gardant notre autonomie, trop précieuse pour nous tous.

La petite dizaine de jeunes pêcheurs qui s’est installée sur la lagune vient de Margarita. Ils restent ici deux mois à pêcher et sont ravitaillés par une lancha (bateau de pêche Vénézuelien) qui vient leur acheter le fruit de leur pêche.
Ce matin, ils sont allés chasser des poissons pour nous. Nous leur avions donné deux petites piles hier et voilà leur retour. 5 superbes empereurs des palétuviers.

Empereurs des palétuviers qui termineront en friands de poissons à la sauce tomate

Barracuda et bonites


Ils reviennent nous voir vers 10 heures et me proposent d’aller taquiner la langouste avec eux. Alors que les enfants cnedent, encadrés par Catherine, je monte dans leur grande barque et nous partons à travers la lagune puis le long de la côte dans des eaux merveilleusement belles et sauvages. L’île est complètement inhabitée et pas fréquentée du tout. Nous passerons une heure dans l’eau bleue turquoise, aux fonds somptueux : corail en tout genre, des poissons partout, quelques beaux barracudas qui rôdent, murènes et pieuvres mais peu de langoustes. Juste deux « big ones » qu’ils nous offrirons sans hésiter. Notre déjeuner a été royal !


C'est parti pour taquiner la langouste, à l'aide du lasso, piège à langoustes

Retour gagnant avec les deux big langoustes ramenées de notre virée

Festin de langoustes pêchées quelques heures plus tôt



Mardi 08 Avril

Tortuga –Laguna el Carenero

Changement de programme

Los Roques pour plus tard, nous décidons donc de partir pour Puerto La Cruz afin d’y faire une grande escale technique et régler tous nos petits problèmes. Priorité au pilote bien entendu puis, dans la foulée, les condensateurs du groupe, le dessal (lié au condensateur) et tant que l’on y est, sortir Bulle d’O pour refaire l’antifooling. Nous pensions initialement sortir le bateau à Carenero après les Roques avec Eagle mais les événements nous poussent à réétudier notre planning. Cap donc sur Puerto La cruz.


L’étape à Tortuga a été extra. Nous sommes restés seuls dans la lagune pendant tout notre séjour, entourés des quelques pêcheurs de passage. Nous avons été couverts de poisson tous les jours avec ce matin un majestueux barracuda et 3 beaux pagres.




Puerto La Cruz A suivre...